Le Minoxidil en questions/réponses

Cycle de vie des cheveux et action du Minoxidil

L’être humain comptera un nombre de cycles pilaires, variant d’une personne à l’autre, tout au long de sa vie.

Le cycle du cheveu se découpe en trois phases :

– La phase anagène : c’est la phase de croissance du cheveu. Elle est la plus longue et dure (hors pathologie) 5 ans environ.

– La phase catagène : c’est la phase la plus courte de la vie du cheveu. Elle dure environ 3 semaines et correspond à la pré-chute du cheveu.

– La phase télogène : elle dure environ 3 mois. C’est la phase de chute du cheveu.

 

Lorsque l’on souffre d’alopécie androgénétique, le cheveu, sous l’influence des hormones androgènes, passe prématurément de la phase anagène à la phase catagène puis télogène. En ce sens, sa vie sera écourtée. Le renouvellement se fait donc précocement, puis de plus en plus fin jusqu’à n’obtenir plus qu’un duvet. C’est alors que l’on constate des zones clairsemées.

Le Minoxidil permet aux cheveux de prolonger leur phase anagène afin qu’ils retrouvent un délai de vie « normal ». Aussi, il permet aux cheveux de repousser plus forts et plus sains et, souvent, plus épais. Même si, dans certains cas, l’on ne constate pas plus de repousses, ceux qui pousseront sous l’influence du Minoxidil permettront une meilleure couvrance.

 

 Je ne prends pas de minoxidil mais je m’interroge sur ce traitement

 

  1. Je m’interroge sur l’efficacité du Minoxidil, j’ai lu que ce traitement ne marchait pas.

Le Minoxidil est le seul traitement actuel local efficace tant sur l’arrêt de la chute des cheveux que sur leur repousse. Les études ont démontré son action positive sur l’arrêt de la chute dans 70% des cas.

Dans ces 70% :

  • 10 à 15% observeront une repousse satisfaisante.
  • Les autres observeront simplement une normalisation de la chute et des cheveux plus épais et plus forts avec un cycle de vie plus long.

 

  1. Au bout de combien de temps le minoxidil fait-il effet sur l’arrêt de la chute ainsi que sur la repousse ?

L’on observe un arrêt de la chute dans les 2 à 3 mois après le début de l’application. Ensuite, l’on observe une repousse. L’efficacité optimale du produit se voit au bout de 10 à 12 mois d’utilisation environ.

 

  1. J’ai lu beaucoup d’effets secondaires rapportés sur les forums : accélération de la chute de cheveux, cheveux gras, pilosité accentuée, céphalée, etc… on y dit également que ce traitement est très lourd au quotidien, qu’en est-il vraiment ?

Durant les premières semaines de traitement, on peut observer une accélération de la chute des cheveux en phase télogène (le « shedding ») : le produit « fait le ménage » sur le cuir chevelu afin de libérer la place dans les follicules pileux pour la pousse de cheveux plus forts. Chaque cheveu tombé sous l’effet du Minoxidil est appelé à repousser. En d’autres termes, le « shedding » est considéré comme une fausse chute. Certains génériques du Minoxidil peuvent être un peu gras : en ce sens, l’application du produit à un rôle primordial à jouer. Il est inutile de masser le produit sur le cuir chevelu, cela le reparti sur les racines et favorise cet effet gras. Il suffit d’effectuer ses pulvérisations et de bouger un peu la tête pour répartir le produit. Aussi, n’hésitez pas à changer de générique jusqu’à trouver celui qui vous convient. On peut observer quelques céphalées lors du démarrage du traitement ; elles s’estompent d’elles-mêmes. Si elles persistent, posez la question à votre médecin. Une augmentation du duvet du visage peut être constaté : d’abord, cela révèle l’efficacité du produit, ensuite, soit une épilation à la cire suffit, soit il faudra réduire le dosage (demandez conseil à votre professionnel de santé).

 

  1. J’ai lu que Minoxidil marche seulement au début mais que les effets ne durent pas dans le temps…

Lorsque le Minoxidil fonctionne, il fonctionne sur le long cours. Si, toutefois, une baisse de l’efficacité est constatée, il faudra revoir le médecin pour faire un point.

 

  1. Si je commence ce traitement, que j’ai l’effet « shedding », MAIS que le traitement ne fonctionne pas sur moi, j’aurais alors tout perdu car j’aurai accentué ma chute de cheveux.

Comme indiqué précédemment, les cheveux tombés sous l’effet du Minoxidil lors du shedding sont amené à repousser. Tranquillisez-vous, si vous souhaitez essayer le produit et que vous ne souhaitez pas le maintenir, vous n’aurez pas perdu plus de cheveux.

 

  1. Le Minoxidil a-t-il une action hormonale ? Y a-t-il une interaction avec nos hormones naturelles ?

Le Minoxidil n’a aucune action hormonale.

 

  1. J’ai entendu dire qu’il faut commencer ce traitement au début de sa perte de cheveux, sinon ça ne sert plus à rien…

Plus l’on débute le traitement tôt, plus l’on « économise » ses cycles pilaires. Quoi qu’il advienne, l’arrêt de la chute sous le traitement permet de sauvegarder son capital cheveux.

 

  1. Si pas je ne constate pas l’effet « shedding » au début du traitement, cela veut dire qu’il ne fonctionne pas ?

Le shedding n’est pas systématique même s’il est courant.

 

  1. Le traitement est-il sous ordonnance ?

Cela n’est pas nécessaire mais les causes de chute de cheveux sont nombreuses. Il faut d’abord connaitre la cause de cette chute avant de commencer un traitement : bilans,… 

 

Je suis en cours de traitement avec le minoxidil, et je m’interroge

 

  1. Doit-on masser le Minoxidil lors de l’application ou simplement l’appliquer sur son cuir chevelu ?

Il n’est pas utile de masser, vous risquez de répartir le produit sur vos racines et donc d’accentuer le côté gras.

 

  1. Peut-on utiliser du shampoing sec lorsqu’on utilise du minoxidil ?

Le shampoing sec est très absorbant et risque d’altérer l’action du Minoxidil. A éviter.

 

  1. Je vois que je perds plein de « bébés cheveux » après quelques mois d’utilisation du Minox, cela veut dire que le traitement ne fonctionne pas ?

Non, il se peut que l’on perde des « baby hair » tout au long de sa vie, avec ou sans traitement. N’oublions pas que la densité capillaire diminue lorsque l’on avance dans l’âge, c’est physiologique. Le Minoxidil est utile pour stabiliser une AAG, non pas pour éviter toutes chutes physiologiques 😉 Par ailleurs, les premières repousses avec le minoxidil peuvent être « duveteuses » et remplacées ensuite par des cheveux plus forts.

 

  1. Si le 2% ne suffit pas, faut-il passer au 5% ?

Seul votre spécialiste pourra répondre explicitement (autres causes…).

 

  1. Si à un moment donné, je vois que je perds + de cheveux, cela veut dire que je dois augmenter la posologie.

On n’augmente pas (ni on ne diminue) un traitement sans l’avis préalable de son professionnel de santé.

 

  1. Mon cuir chevelu est sensible et/ou compliqué (dermite, pellicules, démangeaisons), puis-je quand même utiliser du minoxidil ? Cela risque-t-il d’aggraver la situation ?

C’est possible oui, en combinaison ou après un traitement pour la problématique actuelle.

 

  1. J’ai lu que certaines filles perdent x cheveux/ jour avec le traitement, moi j’en perd beaucoup plus, cela veut -il dire que le traitement ne fonctionne pas sur moi ?

Chaque cas est spécifique, chaque chute « normale » aussi. Plusieurs facteurs entrent en compte : la densité initiale, le nombre de brossages (quotidien ou non), la fréquence des lavages, la sensibilité aux chutes saisonnières… La comparaison n’apporte rien de bon. Recentrez-vous et écoutez-vous 🙂

 

  1. Je me compare avec d’autre femmes souffrant d’alopécie qui sont sous traitement Minox ou je me compare avec moi-même pour évaluer l’ampleur de ma chute et guetter une amélioration. Je compte régulièrement mes cheveux en les brossant, après le shampoing ; je fais des photos des cheveux que je retrouve pour évaluer…

Chaque patient a sa propre expérience. Les délais d’action du produit varient d’une personne à l’autre. Faites confiance à votre praticien et essayez de vous défaire de ces habitudes de comparaison pour reprendre le cours de votre vie. Chaque moment est précieux et sera le reflet de ce que vous souhaitez en faire <3

 

  1. Si j’oublie 1 fois de prendre le traitement, je culpabilise.

Il n’y a pas lieu. La régularité est de mise, mais un oubli de temps en temps n’aura aucune incidence.

 

  1. Le regard que je me porte a changé, j’ai moins confiance en moi je ressens comme une perte de mon identité/de ma féminité.

La perte des cheveux est souvent vécue comme un deuil, et cela est normal. Il faut dire au revoir à son image passée et accueillir son nouveau reflet. Cela se fait souvent dans la douleur, mais l’acceptation vous donnera les clés pour un avenir meilleur et plus serein. Sachez aussi que ce que vous voyez dans le miroir, d’autres ne le voient peut-être pas. Malgré tout, vous trouverez les solutions pour vous réapproprier votre image et votre féminité. Une multitude de possibilités s’offrent à vous. <3  Si vous constatez que votre chute de cheveux vous gâche la vie et empiète sur votre joie de vivre, n’hésitez pas à solliciter l’aide d’un thérapeute pour traverser au mieux cette épreuve. Celui-ci pourra vous accompagner.

 

Je dois ou je veux arrêter le minoxidil, et je m’interroge

 

  1. J’ai peur de devoir arrêter un jour le minoxidil, lorsque je tomberai enceinte par exemple, et de perdre tous les bénéfices de ce traitement.

Cette peur est compréhensible, mais sachez que pendant la grossesse, les hormones féminines « prennent le relai » et sont très protectrices pour les cheveux. Quoi qu’il en soit, après votre grossesse (et éventuellement allaitement), vous pourrez prendre le Minoxidil et une récupération de votre chevelure sera attendue.

 

  1. Je dois arrêter ce traitement car il ne me convient pas, quels sont les autres pistes à explorer pour conserver ma chevelure ?

Seul un dermatologue peut vous orienter en ce sens. Certains traitements hormonaux peuvent s’avérer utiles si dérèglement il y a, à voir avec votre médecin.

 

Cette article a été co-écrit avec la jolie Elise Rouvrais, membre de l’association La Tresse, actuellement en formation pour devenir naturopathe. Retrouvez son blog sur www.eliserouvrais.com – Merci au membre d’honneur de l’association le docteur Philippe Assouly, dermatologue spécialisé dans les maladies du cuir chevelu au centre Sabouraud (Hôpital Saint-Louis – Paris), pour sa relecture.

 

Partager

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Plus d'articles

payer_pour_être_informee
Article

Dois-je payer pour être informée ?

  La recrudescence des programmes de coaching qui vous proposent de payer pour être informées sur vos pathologies a tendance à nous faire grincer des dents.

Article

Ma fiche traitements: La trichotillomanie

  La trichotillomanie   Rappel : La trichotillomanie est un trouble chez l’être humain caractérisé́ par l’arrachage compulsif de ses propres poils et/ou cheveux, entraînant une